FR | NL
Accueil | A propos de Vax Info | Liens | Contact

Epidémiologieprint

Couvertures vaccinales : Communauté française

publié le samedi 1er mai 2010

En 2009, pour les enfants âgés de 18 à 24 mois, la couverture complète pour les maladies incluses dans le vaccin hexavalent se situe un peu au-dessus des 90%. Pour le Pneumocoque, elle est de 80,7%, pour le RRO de 92,4%, pour le Méningocoque C de 91,2% et de 77,3% pour le Rotavirus.

Depuis 2 décennies, le programme de vaccination en Communauté française suit attentivement les couvertures vaccinales des nourrissons. En 2009 a pris place la huitième enquête menée suivant un même modus operandi. L’enquête par interview est réalisée auprès des parents d’un échantillon représentatif d’enfants âgés de 18 à 24 mois.
Ce travail est mené par Provac, l’association interuniversitaire (ULB-ULg-UCL) qui collabore avec la Direction Générale de la Santé de la Communauté française pour la gestion du programme de vaccination. Les enquêtrices, des TMS (Travailleurs-Médico-Sociaux) de l’ONE, ont collecté les informations au domicile des enfants. Le territoire couvert pour cette enquête est celui de la Wallonie.

Depuis la dernière enquête réalisée en 2006, deux changements majeurs sont intervenus dans le calendrier vaccinal des enfants :
- la mise à disposition, à partir du mois de janvier 2007, du vaccin Pneumocoque conjugué (Prévenar®) dans le circuit de distribution des vaccins de la Communauté française, permettant d’obtenir gratuitement ce vaccin ;
- la recommandation de la vaccination contre le Rotavirus dans le calendrier vaccinal du Conseil Supérieur de la Santé en 2007 et le remboursement partiel des vaccins disponibles dans le cadre de l’Assurance Maladie depuis 2008.
Les enfants de l’enquête étant nés entre le 31 mai et le 30 novembre 2007, ils appartiennent donc à la première cohorte ayant bénéficié du vaccin pneumocoque gratuit et du remboursement partiel des vaccins contre le Rotavirus.

Résultats

L’enquête s’est déroulée dans 48 communes de Wallonie. Sur les 576 contacts établis, 526 parents ont accepté de participer et un document vaccinal a été consulté pour 97,3% des enfants. Le taux de refus de participation s’élève à 8,7%.

Couvertures vaccinales

Les couvertures ont été établies sur base des informations vaccinales récoltées dans le Carnet de l’Enfant ou sur une carte de vaccination.

En 2009, la couverture complète pour les maladies incluses dans le vaccin hexavalent se situe un peu au-dessus des 90%. Pour le Pneumocoque, elle est de 80,7%, pour le RRO de 92,4%, pour le Méningocoque C de 91,2% et de 77,3% pour le Rotavirus. L’évolution des couvertures entre l’enquête de 2006 et celle de 2009 sont présentées dans le tableau 1.

Tableau 1 : Evolution des couvertures vaccinales entre 2006 et 2009 (Wallonie)
2006 (n=496) n2006 (n=496) %2009(n=512) n2009(n=512) %
Polio 4 doses 468 94,9 463 90,4
DTP 4 doses,7 467 94,7 464 90,6
Hib 4 doses 461 93,7 462 90,2
VHB 3 doses 456 92,7 462 90,2
RRO 439 89,0 473 92,4
Méningocoque C 456 92,5 467 91,2
Pneumocoque 145 29,4 413 80,7

Par rapport à 2006, on constate un tassement des couvertures de l’hexavalent et du Méningocoque C. Les différences enregistrées ne sont cependant pas statistiquement significatives, les intervalles de confiance à 95% se chevauchant. Pour la vaccination RRO, si une tendance à l’augmentation est enregistrée, le seuil de 95% n’est cependant pas encore franchi. La seule couverture qui enregistre une nette amélioration (plus de 51%) est celle du vaccin contre le pneumocoque qui atteint à présent 80,7%.

En 2009, un schéma complet de vaccination DTP4+Hib4+IPV4+VHB4+RRO+ Mén C+Pn3 est réalisé chez 74,1% des enfants. Sans la vaccination Pneumocoque, 84,0% des enfants complètent un schéma DTP4+Hib4+IPV4 +VHB4+RRO+Mén C. Un même niveau de vaccination complète était atteint en 2006.
L’analyse détaillée des différentes doses de vaccins montre qu’une diminution de 6% est enregistrée entre la dose 3 et la dose 4 de l’hexavalent et 13% entre la deuxième et la troisième dose du vaccin Pneumocoque. Alors que près de 98% des enfants débutent correctement leur schéma vaccinal, les vaccins recommandés au cours de la deuxième année de vie de l’enfant n’atteignent pas les mêmes niveaux de couverture (tableau 2).

Tableau 2 : Couvertures vaccinales pour les différentes doses des vaccins hexavalent et pneumocoque (Wallonie 2009)
Vaccin (n=512)Dose 1Dose 2Dose 3Dose 4
Hexavalent 98,0 98,0 96,9 90,0
Pneumocoque 97,1 93,6 80,7 1,4

Suivi et qualité du calendrier vaccinal de l’enfant

Le calendrier vaccinal est proposé sur base, d’une part de l’épidémiologie des maladies dans la population, et de l’autre sur les caractéristiques de la protection vaccinale induite. C’est ainsi que le début de la vaccination de l’enfant est recommandé à l’âge de 2 mois pour qu’il soit le plus rapidement possible protégé contre le Hib.
Si près de 60% des enfants débutent bien leurs vaccinations à l’âge de 8 à 10 semaines, près de 35% entament leur schéma avec plus d’un mois de retard.
Par ailleurs, le calendrier de vaccination prévoit à chaque âge l’administration simultanée de vaccins : hexavalent et pneumocoque à 2 mois et 4 mois, RRO et troisième dose du Pneumocoque à 12 mois, hexavalent 4 et méningocoque C à 15 mois. Sur base des dates de vaccination récoltées, force est de constater que les concordances ne sont pas respectées : pour les doses des premiers mois, près de 75% des enfants reçoivent simultanément les vaccins hexavalent et pneumocoque, mais pour les doses administrées après l’âge de 12 mois, moins de la moitié reçoivent simultanément soit le RRO avec la troisième dose de vaccin pneumocoque, soit la quatrième dose d’hexavalent avec le vaccin méningocoque C.
La même tendance se retrouve quel que soit le type de vaccinateur : ONE, pédiatre ou généraliste.
Etant donné la modification de calendrier introduite en 2007 pour les vaccinations à 12 et 15 mois, les simultanéités de RRO/Hexa4 et de Mén C/Pn3 ont également été examinées. Elles sont également peu respectées. La modification du calendrier proposée en 2007 n’est donc pas à l’origine de cette faiblesse de simultanéité d’administration des doses de vaccins. Il reste apparemment dans le chef des vaccinateurs une réticence à administrer les vaccins simultanément, ce qui augmente le risque de ne pas compléter le schéma vaccinal.

Les vaccinateurs des nourrissons en Communauté française

La répartition des vaccinateurs en Communauté française reste stable au cours du temps : plus de 55% des enfants sont vaccinés par l’ONE (consultations ou milieux d’accueil), 40% par les pédiatres privés ou hospitaliers et moins de 5% par les médecins généralistes.

Analyse des couvertures en fonction de certaines variables

De façon générale, les croisements avec les caractéristiques socio-économiques des parents ne montrent pas de différence statistiquement significative pour les vaccins recommandés et distribués gratuitement via la Communauté française. Aucune différence significative n’apparaît pour les taux de vaccination et le niveau de revenus des parents en ce qui concerne les vaccins du circuit. Par contre, pour le Rotavirus, les enfants dont les parents ont les plus petits salaires sont moins fréquemment vaccinés. Il n’y a par contre, pas de différence entre les deux tranches de revenus supérieurs.

Tableau 3. Couverture vaccinale en fonction des revenus familiaux
RevenuRota 1Rota 2
% %
0-1500 eu. 69,8 62,3
1500-3000 eu. 85,6 83,2
>3000 eu. 85,4 83,2
p value 0,01 0,001

Par contre, le référent vaccinal de l’enfant joue un rôle central dans le niveau de couverture atteint. Ainsi, le tableau 4 ci-dessous présente les couvertures chez les enfants qui vont à la consultation ONE toujours depuis leur naissance ou de façon régulière, comparées aux enfants qui n’y vont jamais ou irrégulièrement. Pour tous les vaccins disponibles gratuitement dans le circuit de distribution de vaccins de la Communauté française, les couvertures sont plus élevées chez les enfants fréquentant les consultations de l’ONE : les différences significatives apparaissent pour l’hexa4, le RRO, le Mén C et le Pneumo3. Par contre, pour la vaccination contre le Rotavirus, il n’y a pas de différence significative, même si la tendance montre une meilleure vaccination chez les enfants non suivis à l’ONE.
Aucune dose ne dépasse 90% de couverture quand l’enfant n’est pas suivi à l’ONE.

Tableau 4. Couvertures vaccinales en fonction de la fréquentation des consultations ONE (%)
Fréquentation ONEHexa4RROMénCPn3Rota1Rota2
Oui 93,5 95,1 95,1 86,1 79,6 76,3
Non 86,5 89,7 86,9 75,8 84,9 81
p value 0,05 0,05 0,001 0,01 NS NS

Conclusion

Les couvertures vaccinales des nourrissons en Communauté française restent stables depuis 2006. La vaccination RRO a un peu augmenté mais à 92,4%, elle n’atteint toujours pas le seuil de 95% qui reste un objectif indispensable à atteindre.
Bien que la vaccination des nourrissons reste créditée d’une bonne adhésion de la part des parents, les taux de couvertures des vaccins à administrer au cours de la deuxième année de vie n’atteignent pas la barre des 95%. Au total, 74% des enfants reçoivent l’ensemble du programme vaccinal.
Les vaccinateurs pourraient améliorer les couvertures en prêtant une attention particulière aux enfants de plus de 12 mois. Un système d’échéancier et de rappel systématique des enfants pour les vaccinations de 12 et 15 mois, tel que le pratiquent les consultations de l’ONE, est une orientation à suivre pour l’ensemble des vaccinateurs.

B Swennen, MD, MPH
E Robert, MPH

L’ensemble du rapport peut être consulté sur le site de la Direction générale de la Santé de la Communauté française : www.sante.cfwb.be/publications-et-periodiques/


Abonnez-vous à la newsletter