FR | NL
Accueil | A propos de Vax Info | Liens | Contact

Epidémiologieprint

Couverture vaccinale : La stratégie du G-D de Luxembourg

publié le vendredi 1er septembre 2006

Une enquête de couverture vaccinale chez 600 enfants âgés de 25 à 30 mois vivant au Grand Duché de Luxembourg, a révélé une couverture vaccinale supérieure à 92% pour l’ensemble des vaccins recommandés.

Cette étude a été menée par la Division de la Médecine Préventive et Sociale - Direction de la Santé, Luxembourg, d’une part, et le Centre d’Etudes et de Recherches en Santé Publique – Université Libre de Bruxelles, d’autre part.
La comparaison des résultats de cette étude avec ceux de l’enquête précédente réalisée en 1996 montrait une progression nette de la couverture pour tous les vaccins recommandés, particulièrement marquée pour l’hépatite B, pertussis et polio (tableau 1). Cette progression était attribuée à l’introduction de la vaccination universelle des nourrissons contre l’hépatite B suivant un schéma à 3 doses dès mai 1996, et à l’introduction du vaccin pentavalent DTPaHibIPV en mars 1999, assurant le passage simultané du vaccin Polio oral au vaccin injectable, et celui du vaccin anti-coquelucheux à cellules entières au vaccin acellulaire.

Protection élevée

L’excellent niveau de couverture vaccinale pédiatrique au Luxembourg est corroboré par les résultats des enquêtes de séroprévalence menées en 2000-2001, et dont les résultats ont été récemment publiés. Ces études, menées chez l’enfant et l’adolescent à partir de l’âge de 4 ans, démontrent une bonne protection de la population contre les maladies à prévention vaccinale.
En effet :
- la séroprévalence anti-diphtérie est de 97.5% dans la population née après 1980 ;
- les taux d’anticorps anti-coquelucheux sont élevés à l’âge de 4 ans, puis décroissent jusqu’à l’âge de 8 ans (phénomène de « waning immunity » post-vaccinal), avant d’augmenter chez les adolescents sous l’effet probable d’infections a- ou pauci-symptomatiques à Bordetella pertussis ;
- les séroprévalences anti-rougeoleuse, anti-rubéoleuse et anti-ourlienne sont respectivement de 96.6%, 97.7% et 75.4% dans la population générale, ces valeurs étant observées dès l’âge de 4 ans.

Politique vaccinale

Ainsi, il semble que l’enfant vivant au Luxembourg bénéficie d’une excellente protection vaccinale, et ce malgré les changements répétés du calendrier et l’introduction de nouvelles vaccinations durant les 10 dernières années.
Les raisons de ce succès résident dans une politique de santé publique en faveur de la prévention vaccinale et dans l’adhésion massive des pédiatres et généralistes aux propositions émises par le CSH. En voici quelques détails :
- les recommandations vaccinales du Conseil Supérieur d’Hygiène du Luxembourg, section des Maladies Transmissibles, sont émises sur base d’un consensus et font le plus souvent l’objet d’une mise à disposition du vaccin recommandé dans des délais rapprochés par la Direction de la Santé ;
- les vaccins recommandés par le CSH pour la vaccination universelle sont délivrés gratuitement (fourniture et livraison) par la Direction de la Santé aux médecins sur simple commande par courrier ou téléfax ;
- tous les médecins luxembourgeois étant soumis au conventionnement obligatoire, l’organisme assureur pour les soins de santé, dénommé “caisse de maladie”, rembourse intégralement le tarif de la consultation médicale (même à visée préventive) ;
- le droit à la tranche postnatale de l’allocation de naissance (580 € à l’indice actuel) est conditionnel à 6 examens médicaux de l’enfant, à effectuer dans des délais strictement déterminés avant l’âge de 24 mois, dont 2 par un médecin spécialiste en pédiatrie : 6 opportunités pour vacciner ou inciter à la vaccination sont ainsi données au corps médical ;
- les consultations vaccinales des nourrissons représentent un revenu non négligeable pour les pédiatres (5 consultations à 34.30 € et 2 consultations à 35.0 € durant les 2 premières années de vie selon le calendrier actuel), et ont un impact positif sur leur adhésion au programme vaccinal.

Il faut noter que, contrairement à la situation en Belgique (ONE et Kind en Gezin), les consultations gratuites pour nourrissons et jeunes enfants (0-4 ans) organisées par la Ligue Luxembourgeoise de Prévention et d’Action Médico-sociales ne sont pas autorisées à administrer les vaccinations. La vaccination des enfants est donc aux mains quasi exclusives de leur pédiatre ou médecin traitant, investi d’une responsabilité directe vis-à-vis de son patient et de sa famille, et indirecte vis-à-vis de la société civile.
Une étude de couverture vaccinale prévue en 2007 fera le point sur l’évolution de cette couverture à la suite de l’introduction des vaccins suivants dans le calendrier : vaccin conjugué anti-méningococcique C en juin 2001 (1 dose à partir de 13 mois), vaccin hexavalent DTPaHibIPVVHB en juillet 2001 (3 doses à 2-3, 3-5, et 11-12 mois) et vaccin conjugué anti-pneumococcique heptavalent en octobre 2004 (4 doses à 2-3, 3-5, 4-6 et 12-15 mois) ; il serait également intéressant d’évaluer la couverture vaccinale des enfants d’âge scolaire, afin de s’assurer que les bénéfices de cette excellente couverture ne s’estompent pas avec les années. Le calendrier vaccinal actuel est illustré par le tableau 2.

En conclusion

La population pédiatrique vivant au Grand Duché de Luxembourg bénéficie d’une protection vaccinale remarquable. Cette couverture est atteinte grâce à une politique vaccinale cohérente, largement soutenue par les organismes payeurs et les acteurs du système de santé luxembourgeois. Le coût de cette politique n’a à ce jour pas fait l’objet d’évaluation précise, mais, en termes de taux de protection, cette stratégie se révèle gagnante.

Dr F. Berthet, Pédiatre
Clinique pédiatrique CHL Luxembourg

Références :
- E Robert et B Swennen. Enquête de couverture vaccinale au Grand Duché de Luxembourg Janvier-février 2002 ;
- Mossong J, Putz L, Shkedy Z, Schneider F. Seroepidemiology of diphtheria and pertussis in Luxembourg in 2000. Epidemiol Infect. 2006 Jun ; 134(3) : 573-8.
- Mossong J, Putz L, Patiny S, Schneider F. Seroepidemiology of hepatitis A and hepatitis B virus in Luxembourg. Epidemiol Infect. 2006 Jan 25 ; 1-6
- Mossong J, Putz L, Schneider F. Seroprevalence of measles, mumps and rubella antibodies in Luxembourg : results from a national cross-sectional study. Epidemiol Infect. 2004 Jan ; 132(1) : 11-8.


Abonnez-vous à la newsletter